L'Autre Laurentides

Récit no. 15

Mont-Laurier

Matis en quatre actes

Quand tu nais à Mont-Laurier, que c’est ici que tu as passé ton enfance et que c’est encore ici que ton adolescence se poursuit, on peut dire que tu connais bien le coin. Et ça va au-delà du fond de ta poche, surtout quand ton intérêt principal tourne autour du territoire qui t’entoure. Du moins, c’est le cas pour Matis 15 ans pour qui ce scénario avec nature en trame de fond est le seul qu’il connaît et qui ô combien l’inspire. Ce n’est pas pour rien qu’il le vit à sa façon à travers l’une ou l’autre de ses lentilles. Ça ressemble à quoi grandir dans L’Autre Laurentides? Si ça prend un bon héros pour incarner une histoire, Matis est la personne toute dédiée pour celle-ci, car c’est la sienne. Voici le récit de ce jeune vidéaste en quatre actes.

 Les récits de L’Autre Laurentides ont pour intention de vous faire vivre un quotidien qui pourrait être le vôtre. Une mosaïque multimédia qui, on l’espère, nourrira votre curiosité.

Acte 1 – Personnage principal

 

Matis est un ado plutôt solitaire. Pour sortir de sa coquille, à l’école, il fait de l’improvisation et du théâtre, ce qui l’aide beaucoup à apprendre sur lui-même et sur les autres. Même s’il apprécie le vélo et se promener avec ses amis, ce qui le distingue des jeunes de son âge, et de loin, c’est sa grande passion pour la vidéo. Dans le coin, il y a beaucoup d’espace pour faire du plein air, mais Matis, lui, ce n’est pas la randonnée qui l’allume, c’est le tournage et le montage d’images qui mettent en valeur l’immensité et la nature même du territoire. Contrairement aux jeunes de son âge, il n’a aucun intérêt pour les jeux vidéo et quand il suit des séries sur Netflix ou Prime Video, c’est pour se divertir, oui, mais aussi pour s’en inspirer.

Acte 2 – Milieu de vie

 

Dans son coin, il y a plusieurs écoles primaires, mais une seule polyvalente.

« C’est le fun parce que c’est intime. Tout le monde connaît tout le monde. »

Elle est située en milieu urbain, dans la ville de Mont-Laurier, qui elle, représente en quelque sorte un îlot dynamique au cœur d’une vaste forêt. Matis aime faire voler son drone en ville, mais ce qu’il préfère par-dessus tout, c’est de capter des images grandioses de la nature. Et ici, ce n’est pas ce qu’il manque.

Quand c’est brut

Il aime faire des images aérées, qui respirent et parallèlement, il aime lui aussi prendre l’air. La preuve, pour bouger un peu, il pratique la planche à neige en hiver et le vélo de montagne en saison. Finalement, Matis est pas mal toujours dans le bois, quelque part, à dévaler une montagne ou à la filmer.

Acte 3 – Passion

 

Malgré son jeune âge, on peut dire que sa passion pour la vidéo ne date pas d’hier. À 11 ans, avec un ami, il a commencé à faire des tours de magie, qu’il filmait pour pouvoir leur donner une deuxième vie sur YouTube. Qui aurait cru à l’époque que c’est une réelle vocation qu’il sortirait de son chapeau… et non un lapin! De fil en aiguille, la magie a pris le bord. À 12 ans, il a reçu son premier drone dont il est devenu complètement accroc. Il s’est mis à tout filmer, tout le temps, puis à monter ses images sur son iPad mini. C’était les premiers balbutiements d’un passe-temps qui allait occuper tous ses temps libres.

Comme de l’équipement vidéo c’est dispendieux, il a commencé à travailler chez Tim Horton le week-end, pour pouvoir s’acheter du matériel plus performant, comme une caméra Sony, un deuxième drone, une caméra stabilisée, un GoPro, un iPad plus performant, un nouvel ordinateur…

Ce qui le fait tripper de la vidéo, c’est le fait qu’il peut toujours s’améliorer. C’est bien, venant d’un autodidacte qui cherche à parfaire ses techniques en essayant de nouvelles choses pour le plaisir, en créant, mais aussi en regardant des vidéos sur YouTube, notamment ceux de Sam Kolder. Il tente de reproduire à sa façon des prises qui l’inspirent. Il aime aussi les vidéos du couple de québécois Alex & MJ.

Quand la magie opère

Pour amener son art encore plus loin, il a pris part à une formation à Radio-Canada en 2020. Il a eu la chance de toucher aux différents métiers derrière la caméra. L’expérience qu’il cumule porte fruit, puisqu’il a aujourd’hui son entreprise Kanéma Clip, avec laquelle il produit des vidéos pour différents clients et évènements dans sa région. Aussi, il a remporté en 2020 le concours Confin’ART organisé par le comité culturel de la MRC d’Antoine-Labelle dans la catégorie des moins de 15 ans avec l’une de ses vidéos de paysages. Il s’est également rendu en finale régionale du concours OSEntrprendre pour son entreprise en production vidéo. On peut dire qu’il a à la fois la bosse des affaires… et artistique! Fait cocasse, pour un jeune qui n’a que 15 ans :  il adore autant le contact client et la paperasse liée aux projets comme les devis, que de tourner les images et les monter. C’est signe qu’il est dans son élément!

Acte 4 – Rêve

 

Dans son scénario professionnel de rêve, Matis vit de sa passion pour la vidéo en voyageant; il gagne sa vie avec ça. Son premier arrêt, il le ferait en Suisse, dans les Alpes. En attendant d’avoir les moyens de ses ambitions, il met en valeur les plus beaux panoramas de sa région. D’ailleurs, il aimerait bien aller filmer le Réservoir Baskatong, au coucher du soleil, avec la Montagne du diable en arrière-plan… Ça viendra! Selon lui, pour faire de belles prises en plein air, la clé, c’est le timing! Dans L’Autre Laurentides, ce qu’il préfère immortaliser ce sont les fins de journées, de septembre à mi-octobre. Il adore les couchers de soleil, les vastes champs et les montagnes où se côtoient paroi rocheuse et verdure. D’ailleurs, sa prise préférée, c’est celle-ci.

Crédit: Matis Piché

Comme Matis fait de la vidéo depuis quatre ans, il planche présentement sur un montage pour remercier les gens de lui faire confiance. Dans la région c’est grâce au bouche-à-oreille qu’il trouve des contrats et c’est grâce à tous ceux qui propagent le message ou qui l’engagent qu’il a la chance de faire des montages pour mettre en valeur les attraits touristiques et les évènements du coin. Matis n’est pas seulement créatif et allumé, il est reconnaissant! D’ailleurs, tel un vidéaste émérite lors d’un gala, il aimerait remercier sa mère, sa figurante par excellence, de l’accompagner dans tous ses tournages. Sans elle, rien de tout ça ne serait possible!

 

Tu hésites à venir t’installer dans L’Autre Laurentides avec ton ado? Fais le grand saut! Il pourrait lui aussi, développer une passion autour du territoire et qui sait, peut-être trouveriez-vous une activité qui vous unit!

L'Autre Laurentides

Un territoire dont tu
pourrais être le héros

Poursuis l'aventure

Appuie ici

Curieux. Débrouillard.
Tourné vers l’aventure?
Contacte-nous!

N’hésite pas à entrer en communication avec la MRC Antoine-labelle pour en savoir plus sur L’Autre Laurentides